Vie Communale

Les communes du bassin de l’Oudon s’engagent dans le « zéro phyto »

Depuis de nombreuses années les collectivités du bassin de l’Oudon cherchent des solutions alternatives pour entretenir les espaces publics sans produits phytosanitaires : nouveaux matériels d’entretien, formations techniques, essais d’enherbement, de paillage, communication avec les habitants, etc.

Afin de préserver la santé et la qualité de l’eau, le bassin de l’Oudon les accompagne dans cette démarche ; notamment sur des espaces sensibles, difficiles à entretenir sans pesticides comme les cimetières (voir photo ci-contre).

Depuis le 1er janvier 2017, l’utilisation des pesticides est interdite dans les communes françaises pour l’entretien des espaces publics. Au 1er janvier 2019, ce seront les particuliers qui ne pourront plus acheter et utiliser ces produits. Il est donc important d’anticiper ces évolutions et changer de regard sur l’entretien et l’aménagement de nos espaces.

Pour en savoir plus sur les actions que vous pouvez mettre en œuvre, en tant que particulier, pour préserver la qualité de l’eau : www.bvoudon.fr (rubrique « Qualité de l’eau > Mon action pour préserver l’eau »).

SOYONS « S.A.G.E. » Adaptons-nous au changement climatique !

Le changement climatique est déjà là, même s’il existe encore des incertitudes sur son intensité. Les mécanismes en jeu sont complexes et partiellement connus.

Il y a des faits : par exemple entre 1970 et 2000, en été, les températures moyennes ont augmenté de 0,35 degrés tous les 10 ans. Il y a aussi les prévisions : probablement autant de pluies mais lors d’évènements plus intenses, une augmentation de la température de l’eau, … Et puis le ressenti : comment ne pas être sensible à la sécheresse de cette année qui fait qu’en novembre la pluie est insuffisante pour alimenter les cours d’eau, que les lentilles s’y développent et que les poissons manquent d’oxygène ? Alors que peut-on faire ?

D’abord prendre conscience que l’eau est une richesse. Avoir aussi conscience de notre confort : de l’eau, à volonté, potable, à la maison. Ensuite chacun de nous peut adapter ses pratiques pour mieux utiliser l’eau. Des solutions existent et peuvent être développées en agriculture, dans l’entreprise, dans les lieux publics et aussi dans nos usages quotidiens.

Chacun de nous peut agir simplement :

- Laver les légumes dans une bassine pour arroser les plantes,
- Installer des réducteurs de pression sur les robinets,
- Utiliser le compost ou les résidus de tonte pour pailler au jardin et conserver l’humidité du sol,
- Supprimer les fuites d’eau,
- Laisser jaunir la pelouse, elle reverdira, …

A vos agendas : conférence sur l’impact des perturbateurs endocriniens sur l’eau et les milieux aquatiques dans le cadre de la journée mondiale de l’eau – le 22 mars 2018 à 20h30 à la salle des fêtes de BALLOTS. Suivez les actualités sur www.bvoudon.fr